Archives pour la catégorie Covoiturage

CoviEvent: le nouvel outil de covoiturage événementiel

Qui ne s’est jamais retrouvé à devoir réfléchir à faire des groupes pour remplir les voitures lors de soirées, de fêtes de familles ou de réunions professionnelles ?

En tant que covoitureur il nous semble important de partager nos véhicules, mais lors d’événements privés l’organisation est souvent inexistante. Comment remédier à cela ? Un outil en ligne vient d’être lancé: “CoviEvent”, quels sont ses avantages ? Répond-t-il aux nouvelles demandes des covoitureurs ?

Lancée en 2017, par la plateforme de covoiturage libre et dynamique RoulezMalin, CoviEvent est un service de covoiturage pratique et innovant.

Tout d’abord parce que CoviEvent est un site de covoiturage à utiliser dans le cadre d’événements privés. L’organisateur de l’événement peut, en deux clics, créer un événement sur le site et le partager avec tous les invités pour qu’ils organisent leur trajet grâce à CoviEvent.

La page de l’événement est accessible uniquement par les internautes ayant reçu le lien. Les événements créés sur CoviEvent sont tous privés et sécurisés: seuls les personnes autorisées peuvent apporter des modifications et participer.

N’ayez donc aucune crainte vous ne verrez jamais débarquer une horde de covoitureurs inconnus aux dix ans de votre petit neveu Timothée.

CoviEvent ne s’en cache pas, il a sut s’inspirer des concepts de nombreux outils collaboratifs comme Doodle ou Framadate. C’est un outil en ligne qui a été voulu participatif mais surtout complètement libre: sans frais, sans obligations et sans création de compte.

En effet,CoviEvent est extrêmement simple à prendre en main, intuitif, même les personnes peu à l’aise derrière un écran pourront renseigner leur covoiturage.

Imaginé pour les utilisateurs, c’est un outil sobre et efficace,permettant de gérer sans compétences particulières les différents trajets d’une manifestation.

Évidemment l’un des principaux intérêts de CoviEvent, au-delà de son aspect ergonomique, c’est la gratuité. Car c’est un outil libre et surtout sans aucune commission sur les trajets ou événements.

Simple à utiliser,sécurisé,libre et gratuit CoviEvent est un outil de création et de gestion de covoiturages événementiels avec de multiples avantages. Nul doute que le bouche à oreille va aider au développement d’un service qui s’imposera comme le “Doodle du covoiturage”.

A votre tour essayer CoviEvent.org  pour vos événements privés !

LE SITE DE COVOITURAGE DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE FAIT PEAU NEUVE. INTERVIEW DE M. GUÉNOLÉ BOUVET, PRÉSIDENT DE L’ASSOCIATION NC-COVOITURAGE

Quelle est la vocation de l’association ?

L’association NC-covoiturage, créée en 2010,  a pour but de faire la promotion du covoiturage en Nouvelle-Calédonie. Nous avons fait appel à Covivo pour la refonte de notre site internet, sorti début septembre 2016 sur http://www.covoiturage.nc/. En 2009 la première version du site à ouvert ses portes sur un principe simple : mettre en relation des conducteurs avec des passagers.

Pourquoi les habitants de l’île ont-ils besoin de nouvelles solutions telles que le covoiturage ?

Nouméa est la ville principale de la Nouvelle-Calédonie mais elle est située sur une presqu’île. De nombreuses personnes travaillant à Nouméa n’y vivent pas. En résultent des problèmes chroniques de ralentissement du trafic routier, tous les matins et tous les soirs. Pour parcourir 15 kilomètres, les usagers passent parfois 1 heure dans leur voiture. Et la situation empire de jour en jour.

Le covoiturage est une des réponses pour lutter contre ces encombrements et pourquoi pas une opportunité pour faire des économies sur nos trajets quotidiens.

Quelles sont les nouveautés de la plateforme ?

L’une des spécificités les plus intéressantes offertes par le nouveau site web est l’algorithme de calcul basé sur la couche géographique du réseau routier. Un autre point intéressant concerne le paiement en ligne et la notation des covoitureurs.

Pourquoi permettre aux covoitureurs de partager leurs frais en ligne ?

De plus en plus d’internautes utilisent leur carte bancaire pour effectuer des achats en ligne. Le covoiturage ne déroge pas à la règle.

Quelles différences faites-vous entre la Métropole et la Nouvelle-Calédonie sur les nouvelles mobilités ?

La Nouvelle-Calédonie est clairement en retard, mais depuis quelques années, elle progresse et des vrais projets sont à l’oeuvre pour améliorer la situation : révision du réseau de transport en commun (bus), soutien du covoiturage et de la pratique du vélo, création d’un label Écomobilité pour les entreprises.

Quels sont les partenaires de l’association sur ses projets? Quelles sont ses ressources? Qui peut rejoindre l’association? Qui sont les adhérents?

Les partenaires sont les institutions : ADEME, province Sud, Gouvernement.

L’association est-elle consultée et associée sur les projets ou actions concernant les services et infrastructures de mobilité?

Oui. L’association fait partie du comité de charte écomobilité (qui délivre des labels écomobilité aux entreprises et services publics), ainsi qu’à la commission consultative sur les transports publics.

Quelles sont les autorités organisatrices de la mobilité en Nouvelle-Calédonie?

Le gouvernement, les provinces, les communes.

Pour découvrir le site : http://www.covoiturage.nc/

ENQUÊTE DÉPLACEMENTS VILLES MOYENNES LORRAINE NORD

Le covoiturage et les nouvelles technologies créateurs d’une nouvelle mobilité

Stéphane GODEFROY invite Matthieu JACQUOT à évoquer le covoiturage, qui est en plein essor sous l’impulsion des nouvelles technologies. Aujourd’hui, moins de 3 000 personnes utilisent toutefois quotidiennement ce mode de transport.


Photo M.Jacquot EDVMMatthieu JACQUOT, Co-fondateur et Directeur de Covivo-RoulezMalin

Matthieu JACQUOT souligne, en préambule, que les chiffres constatés sur le territoire du SCoT Nord 54 sont conformes à ceux des autres territoires. Il pointe également un paradoxe : on parle partout de covoiturage et de nouvelles mobilités mais en territoires périurbains ou ruraux, cela est complexe et ces modes ne décollent pas.

Il souhaite prendre une perspective globale pour montrer ce qui est en train de changer dans la mobilité et expliquer comment cela peut impacter le niveau local.

En trente ans, l’évolution des supports de distribution de l’information a été assez lente. Mais nous sommes passés des guichets à la dématérialisation. Si toutes les informations sont accessibles via internet et les smartphones, les services proposés aux voyageurs n’ont pas vraiment changé, il y a toujours des réseaux de bus, des fiches horaires et autres. Le modèle économique autour de la mobilité n’a pas changé. L’offre de transport ne sera jamais assez dense pour répondre à tous les besoins.

Intermédiation et changement de modèle économique

Deux phénomènes globaux sont en train de se passer : l’intermédiation et le changement du modèle économique.

Le transport rentable échappe aujourd’hui aux politiques publiques par le phénomène d’intermédiation. En revanche, les nouveaux acteurs de la mobilité de type Google ou Amazon ne savent pas répondre au transport de proximité, non rentable.

En parallèle, le modèle économique de l’organisation des transports évolue. BlaBlaCar vient de réaliser une levée de fonds exceptionnelle. Une entreprise qui a changé la manière de faire du transport. Il n’y a plus de transporteur. Le transporteur devient l’individu.

Deux pistes : le transport combiné et le transport solidaire

La solution passe par des solutions de transport combiné sur les territoires périurbains et ruraux. Il est difficile de pratiquer quotidiennement le covoiturage, mais beaucoup de personnes sont prêtes à rendre service à une personne sans moyen de transport. Des réseaux de proximité, avec des bénévoles, doivent donc être constitués. Un cadre juridique doit évidemment être posé. On ne peut pas s’improviser transporteur mais il existe des possibilités et des territoires ont déjà développé ces « taxis citoyens », ce « transport solidaire ».

Il s’agit là de pistes qui peuvent aider à répondre aux enjeux de la mobilité de proximité sur les territoires périurbains.

Mise en perspective du covoiturage

Si on regarde l’EDVM, on voit que l’ensemble des personnes qui pratiquent le covoiturage au moins une fois par semaine représentent 6%. Faire du covoiturage quotidiennement est une grosse contrainte, en revanche le pratiquer une fois de temps en temps l’est beaucoup moins. L’enjeu n’est donc pas de travailler sur un covoiturage quotidien mais sur un covoiturage régulier.

Au niveau des déplacements des frontaliers, on multiplie quasiment par trois la pratique du covoiturage. Les personnes de 35 à 49 ans et les ouvriers utilisent davantage ce mode de transport, pour des raisons de synchronicité de leurs horaires de travail. Les horaires fixes facilitent le covoiturage. L’autre phénomène lié au Luxembourg est que tous les cadres disposent d’une voiture, alors qu’en France, la population cadre pratique davantage le covoiturage.

Enfin, Matthieu JACQUOT invite à observer la politique de transport en commun du groupement de coopération transfrontalière du bassin lémanique, qui vient de construire un méta moteur de recherche pour le covoiturage.

Source et rédaction : EDVM SCoT Nord 54 & CCPHVA | Actes de la conférence-débat.

Pdf complethttp://www.covivo.fr/UserFiles/File/20160407-actes-conference-edvm-final.pdf

INTERVIEW DE LA DSI REGION NORMANDIE SUR TUBOUJOU

logo tuboujou

De nombreuses entreprises et collectivités recherchent des solutions d’autopartage, et de gestion des réservations, intégrant du covoiturage. Covivo propose ces solutions dans son offre CoviBook, et travaille déjà avec plusieurs clients.

C’est pourquoi, la Région Normandie a fait appel à Covivo afin de développer l’outil “Tuboujou”, sorti le 1er Juin 2016. Covivo a enquêté auprès de la Région Normandie, afin d’avoir les premiers retours concernant cet outil. M. Meynier, de la direction des systèmes d’information (DSI)  nous répond :

Pourquoi une solution de gestion des déplacements professionnels ?

C’est la fusion des Régions, qui s’est opérée en début d’année 2016, qui a incité la Région Normandie à vouloir adopter une solution de covoiturage pour les déplacements professionnels. En effet, celle-ci a rapidement souhaité faciliter et optimiser le déplacement fréquent des 1300 agents de la Région Normandie entre les deux sites distants (Caen et Rouen), et adopter un système de réservation des véhicules.

Pourquoi l’offre CoviBook ?

La Région Normandie a découvert la société Covivo sur internet, en recherchant des solutions pour la mise en place d’une plateforme de covoiturage professionnel. Elle a également étudié les offres d’autres sociétés, mais c’est Covivo qui a retenu son attention, avec une meilleure réponse à la demande formulée.

Quelles satisfactions ?

La Région Normandie est satisfaite de l’outil développé. Tout d’abord, celui-ci a été opérationnel très rapidement. Il s’agit d’un outil simple, et la Région a reçue de nombreux retours positifs de la part de ses agents utilisateurs. De plus, l’outil est accessible en terme de prix.

La Région Normandie s’est tellement appropriée l’outil, qu’elle souhaite le faire évoluer. Elle compte ainsi travailler avec Covivo sur de nouvelles fonctionnalités concernant le covoiturage, et la gestion des déplacements, comme la possibilité de réserver des covoiturages uniquement pour l’aller, et uniquement pour le retour Une autre évolution pourrait être de passer d’une solution hébergée chez Covivo à une solution hebergée sur les serveurs de la Région.

Dans le futur, la Région Normandie souhaiterait pousser la gestion des véhicules sur, entre autres, le suivi avancé des entretiens et des contrats liés aux véhicules. Elle envisage également la gestion et distribution automatisée des clés des véhicules par la mise en place d’armoires à clés électroniques synchronisées avec CoviBook afin de faciliter le travail des agents d’accueil et des gardiens.

Ainsi, la solution CoviBook est une bonne base pour mettre en place pour les déplacements professionnels des solutions spécifiques. L’expérience de Covivo permet de proposer des solutions de covoiturage et de mobilité durables, adaptées aux besoins et fonctionnements des structures publiques ou privées.

LÉMAN : DE BONNES SURPRISES POUR LE MÉTA-MOTEUR DE RECHERCHE UNIQUE DÉDIE AU COVOITURAGE AUTOUR DU BASSIN LÉMANIQUE !

Covoiturage Leman.org

Covoiturage-leman.org est un moteur de recherche unique qui permet de recenser et de mutualiser toutes les offres de covoiturages dans les alentours du Bassin Lémanique, c’est à dire la zone transfrontalière Franco-Suisse, qui se délimite aux départements de l’Ain, de la Haute-Savoie en France, et aux cantons de Genève, de Vaud et du Valais pour la Suisse.

Le site, sorti courant septembre 2015, est né dans le cadre du Programme de Coopération Territoriale Européenne INTERREG France-Suisse. Il s’agit d’un programme européen de coopération transfrontalières.

Un projet né de l’association entre Covivo et l’agence Native

C’est le GLCT (Groupement Local de Coopération Transfontalière), qui exerce une mission d’orientation, de priorisation et de suivi des réalisations sur les thématiques transfrontalières à l’échelle du Grand Genève, qui a fait appel à la collaboration entre Covivo, et l’agence Native, pour la réalisation de cette plateforme.

L’agence Native s’est alors attelée à la création du site, du point de vue graphique et ergonomique. Native s’est rendue célèbre dans le milieu du covoiturage pour sa campagne d’affichage pour le Grand Lyon. Covivo, a quant à elle développé le module de recherche de covoiturages pour lequel tout l’enjeu résidait à rendre compatible l’interrogation de plusieurs bases de données au fonctionnement parfois très divergent.

Quels sont les plateformes de covoiturage concernées ?

Parmi les sites qui sont mutualisés sur covoiturage-leman.org, nous retrouvons ceux qui concernent la Suisse : l’Arc jurassien, Ziplo, Zimeysa, et e-covoiturage, et ceux concernant la France avec celui de l’Ain,  de la Haute-Savoie,

Covoiturage-leman.org en quelques chiffres

Depuis sa sortie en septembre 2015, la plateforme de mutualisation a connu pas moins de 22 000 recherches, 450 000 résultats proposés, ainsi que 5500 contacts qui ont échangés des messages pour covoiturer. Des chiffres encourageants pour le Programme de Coopération Territoriale Européenne INTERREG, et pour la coopération transfrontalière.

Quant aux villes de départ et d’arrivée les plus recherchées ? Sans surprise, Genève arrive en première position, suivi d’Annecy et de Lausanne.

Ainsi au delà de favoriser le covoiturage, l’outil pourrait aussi devenir un outil d’étude sur les besoins des covoitureurs et les cibles à adresser en termes d’animation et de communication.