Archives pour la catégorie Mobilité durable

2 solutions pour voyager différemment en 2017

Aujourd’hui on vous présente deux outils qui vont à coup sûr améliorer vos futurs voyages!

Que ce soit pour chercher le trajet le plus adapté à un bon tarif ou pour découvrir une nouvelle façon d’occuper intelligemment ses voyages les plus longs, ces deux projets sont des solutions innovantes qui vont vous faire changer vos habitudes de transport.

Ces outils: un nouveau comparateur d’offre de transport en ligne (TicTacTrip) et un guide touristique virtuel (Waynote) entrent d’ailleurs en lien direct avec notre vision de la mobilité et notre solution de covoiturage grand public: RoulezMalin.com .

Waynote:

Waynote: c’est quoi ?

C’est une appli gratuite, disponible sur iOS et Android, conçue dans le but d’égayer les longs trajets sur l’autoroute. Cette jeune startup a pour ambition à terme de proposer du contenu sur l’ensemble du territoire français, voire même plus (4000 kms d’autoroutes sont d’ores et déjà disponibles en France).

Comment ça marche ?

Tel un GPS touristique, l’application Waynote décrit en temps réel les paysages traversés et vous informe sur l’histoire, la géographie, l’économie et les lieux incontournables de la région.
Waynote est une sorte de guide touristique sur l’autoroute. L’appli fonctionne grâce à la géolocalisation : dès que l’appli détecte un point d’intérêt, les commentaires audio se déclenchent automatiquement. Le paysage visible depuis l’autoroute est alors décrit et mis en scène, la vie agricole et économique évoquée et toutes les informations touristiques importantes de la région sont précisées. Les indications et renseignements sont donnés par Waynote sous forme de messages audios d’une vingtaine de secondes.

Et l’application Waynote ne s’arrête pas là ça car elle propose des visites à faire à proximité immédiate des sorties d’autoroute, en précisant le nombre de kilomètres par rapport à la sortie. De quoi faire des découvertes et des pauses dans les territoires sans trop s’éloigner de son itinéraire.

Waynote peut aussi être utilisé pour préparer son trajet, car les idées de pauses sur le chemin sont accessibles sur la map, ce qui garantit une une nouvelle manière de vivre les trajets sur l’autoroute. Waynote souhaite vous rendre le trajet sur l’autoroute plus agréable.

Pourquoi Waynote améliore vos voyages ?

Waynote est un guide touristique nouvelle génération, disponible sur smartphones iOS et Android, et gratuit : il est volontairement accessible au plus grand nombre.

Ce guide touristique virtuel donne des informations historiques et culturelles autour de vous grâce à la géolocalisation en temps réel. L’application occupe alors la place de copilote culturel, permettant d’occuper intelligemment vos voyages autoroutiers, et ce en en toute sécurité puisque les messages sont en audio.

Finis les longs trajets ennuyeux ! Avec Waynote vous allez pouvoir profiter de vos voyages pour vous cultiver, même sur l’autoroute.

 

TicTacTrip:

TicTacTrip: c’est quoi ?

Le comparateur en ligne de voyages TicTacTrip, est un tout nouveau projet, particulièrement séduisant et prometteur. Cette jeune start-up compare des trajets en bus et en train dans toute l’Europe.

Comment ça marche ?

Aujourd’hui, les internautes attendent des plateformes de transport en ligne qui leur proposent des voyages sans leur prélever de l’argent en plus comme pourrait le faire des agences de voyage classique. De nombreux sites de transports l’ont déjà compris (bus, train, covoiturage,…) et un des points forts de TicTacTrip est qu’ils n’ajoutent aucun frais supplémentaire sur les billets.

En effet, les commissions sont prélevées directement auprès des compagnies partenaires (Ouibus, Flixbus, la SNCF, Eurolines, Megabus, IDBus…).

Et TicTacTrip ne peut pas être présenté comme un simple comparateur en ligne, il propose également des connexions inter-compagnies (c’est-à-dire que la plateforme propose des liens entre tous les trajets de toutes les compagnies si cela s’avère efficace) entre bus et train afin de toujours proposer aux utilisateurs le trajet qui leur conviendrait le mieux.

Tout est calculé pour soumettre aux utilisateurs des voyages adaptés et à prix très réduit.

Depuis 2015 et la loi Macron, les lignes inter-régionales ont été libéralisées, permettant à de nouvelles offres de voir le jour et de nombreuses compagnies ont pu attirer des voyageurs avec des tarifs extrêmement bas.

C’est pourquoi les billets de bus ont ainsi fortement diminués, désormais des trajets tels que Paris-Lecce sont à partir de 50€, Lille-Londres à partir de 17€ ou Marseille-Cannes dès 7€.

Outre l’avantage économique, TicTacTrip met en avant des solutions de transport confortables et optimisées pour les plus longues distances (wifi, prises électroniques,…).

Pourquoi TicTacTrip améliore vos voyages ?

De ce fait, cette plateforme apparaît comme une solution, facilement accessible, proposant des voyages en France et en Europe, dans des conditions optimales et à des tarifs attractifs.

Avec TicTacTrip, toutes les solutions sont rassemblées sur une interface unique et disponible en ligne, sur mobile et sur tablette.

Ses faibles prix, la multitude des trajets proposés, la possibilité de voyager avec plusieurs modes de transport et son interface simple à prendre en main permettent à TicTacTrip de se révéler comme une offre particulièrement séduisante. TicTacTrip se distingue en effet comme une solution sortant du lot parmi les nombreux comparateurs de trajets en ligne. Un outil particulièrement intéressant et avantageux pour les voyageurs en quête de trajets à moindre coûts partout en France et en Europe !

Du nouveau sur RoulezMalin.com

Vous connaissez certainement notre site grand public de covoiturage RoulezMalin !

Afin de proposer des solutions de covoiturage toujours plus adaptées aux besoins des utilisateurs, nous ne cessons de faire évoluer notre plateforme (toujours sans commissions) et nous l’avons encore enrichie récemment.

Voici un bref tour d’horizon des principales nouveautés de la plateforme.

Une nouvelle page de profil:

Des pages de profil public ont été créés pour les covoitureurs, dans le but de rassembler et de rendre disponible facilement les informations principales sur les utilisateurs.

Accessible directement en cliquant sur la photo ou le pseudo, cette page renseigne tous les points utiles au bon déroulement d’un trajet en covoiturage.

En un coup d’oeil, vous pouvez maintenant prendre connaissance de l’identité du covoitureur (pseudo, photo de profil, âge, sexe), des notes et des avis laissés par des personnes ayant partagé au moins un trajet avec lui.

Toujours sur la même page, il est possible de savoir si ce potentiel covoitureur est fumeur ou non, s’il aime discuter ou pas et si il a pour habitude d’écouter de la musique lors des voyages qu’il partage avec les covoitureurs de la plateforme.

La marque, le modèle et même la couleur de la voiture sont également renseignés, tout comme le nombre de kilomètres covoiturés sur RoulezMalin et les économies de CO2 que cela a générées.

La date d’inscription, celle de la dernière connexion et le nombre d’annonces publiées sont aussi visibles sur cette page de profil, ces informations mettent en confiance les futurs covoitureurs passant sur la page. Et pour plus de confiance et de sécurité, l’utilisateur peut même faire vérifier son numéro de téléphone.

Avec cette nouvelle page de profil public, les covoitureurs peuvent renseigner facilement leurs préférences et leurs informations et elles seront accessibles en un clic pour tous les membres de RoulezMalin, facilitant ainsi la mise en relation pour de futurs trajets ensemble.

Une refonte complète du système d’évaluation:

L’autre principale nouveauté de RoulezMalin touche à son système d’évaluation.

En effet, le système de notes et d’avis de la plateforme a été complètement modifié, la volonté étant de simplifier un ancien système jugé parfois trop complexe.

Maintenant, vos avis reçus comme vos avis laissés sont visibles depuis votre page personnel “Mes évaluations”. Cette page vous permet de visualiser et de gérer tous les avis vous concernant et vous indique même si vous n’avez pas encore donner un avis à un covoitureur avec qui vous avez déjà partagé un trajet.

Les notations sont visibles sous le pseudo des utilisateurs sur tout le site et on peut accéder aux avis laissés par les autres covoitureurs sur les pages de profils publics.

Cette refonte de système d’évaluation offre un meilleur moyen pour échanger des avis entre covoitureurs et noter les trajets.

Par ailleurs, nous avons pris soin de rappeler aux conducteurs que chez RoulezMalin ils n’ont pas besoin de renseigner toutes les villes-étapes.

Une fois votre trajet publié, tous les covoitureurs partageant votre route vous seront proposés!

Ces dernières modifications ont pour unique but de simplifier l’utilisation de RoulezMalin.

Nous estimons qu’il est primordial de rendre notre site le plus facile d’accès possible pour nos utilisateurs. Avec l’ajout d’une page de profil public et la refonte du système de notation nous voulons faciliter la mise en relation des covoitureurs et simplifier les voyages sur notre site.

L’auto-stop: son nouveau visage

Mitfahrbänke sind klasse!

Die Mitfahrerbänke – eine tolle Idee!

Publié par Landaufschwung Landkreis St. Wendel sur mardi 3 janvier 2017

Cette vidéo présente la mise en place de bornes de covoiturage dans le canton Allemand de St. Wendel. Un système simple et spontané se rapprochant beaucoup de celui de l’auto-stop.

Bref historique de l’auto-stop:

Même si ces dernières années et avec l’émergence d’Internet, le concept du covoiturage a explosé, des propositions proches de l’auto-stop et de l’autopartage sont bien existantes et tentent de résister.

Pour rappel, la pratique de l’auto-stop s’est développée par effet de mode, dans les années 60-70.

Par la suite cette pratique a progressivement diminué avec l’augmentation du nombre de véhicules personnels.

Géographiquement, c’est d’abord en Europe que s’est répandu l’auto-stop. Mais rapidement les auto-stoppeurs furent plus nombreux en Amérique du Nord. Et ce notamment, du fait de la législation Européenne interdisant l’auto-stop et l’accès à de nombreuses voies (chaussées, bas-côtés,…) aux piétons.

A l’heure actuelle, que ce soit en Amérique du Nord, en Europe ou ailleurs, faire du stop ou recueillir des autostoppeurs n’est pas une solution de déplacement de premier plan. L’auto-stop ne concerne aujourd’hui qu’une poignée d’habitués et n’a pas su se faire adopter par le grand public.

L’auto-stop relancé via des systèmes de bornes de covoiturage:

Malgré tout, depuis une dizaine d’années on peut observer quelques tentatives de relance de l’auto-stop.

Pour organiser ce type de trajets il y a d’abord un besoin de sécurisation et d’identification des auto-stoppeurs.

Au début des années 2010, des initiatives citoyennes, des associations comme VAP (Belgique) et Rezo Pouce (France) mettent en place des solutions pour relancer l’auto-stop. Cela reste toujours difficile à mettre en oeuvre, il s’agit souvent de déplacements de dépannage lorsqu’on est isolé d’un réseau de transports en commun. Mais, ce système a l’avantage de ne pas avoir besoin d’une masse critique d’utilisateurs, de ne pas demander d’inscription et d’avoir des temps d’attente faibles: moins de 6 minutes.

Et  c’est en Suisse que le premier dispositif sécurisé et automatisé s’est développé avec Carlos (“Sans voiture”) dès 2003. Cette formule de stop organisé ayant été lancée dans les environs de Berne, dans un secteur avec une offre de transports en commun pauvre. Le principe était simple: le stoppeur tapait sa destination, qui s’affichait sur la borne, il payait l’équivalent de 1,30€, il recevait un ticket qu’il n’avait plus qu’à transmettre au chauffeur s’arrêtant pour le prendre.

Forts de leur expérience, ils ont simplifié le processus avec l’outil Taxito (3 réseaux mis en place dans le Jura et en Suisse).  En fonction depuis 2015, cette solution permet d’organiser des trajets en auto-stop grâce à son application et à des sms.

Depuis des initiatives comme Ecov ont repris ce modèle mais avec des coûts pour les bornes plus élevés, ce qui est évidemment bien moins avantageux.

Les nouvelles pratiques de l’auto-stop:

On constate alors que petit à petit, la pratique de l’auto-stop a évoluée et s’est transformé grâce aux acteurs de la mobilité.

Si à l’origine les trajets spontanés en auto-stop ne pouvaient pas être organisés au préalable, ce n’est plus du tout le cas actuellement.

Pour coller aux besoins des voyageurs et pour faciliter la mise en contact entre stoppeurs et conducteurs ont été lancés des systèmes de bornes de covoiturages et d’autopartage via des applications et/ou des sms.

Et si pour certains, la pratique du stop se fera toujours le pouce levé aux abords des routes, aujourd’hui, l’auto-stop peut s’organiser et se rapproche de plus en plus du fonctionnement du covoiturage et de l’autopartage.

En réalité, pour réussir à instaurer de véritables réseaux cela dépend de différents éléments: les objectifs, le territoire et sa géographie, l’offre de transport pré-existante, l’animation du dispositif et le budget lié aux objectifs.

Dire que la pratique de l’auto-stop a été complètement relancée ces dernières années est surement faux. Pourtant, il est indéniable que le “stop organisé”, imaginé à partir de bornes ou de stations de covoiturage, offre une proposition de transport différente et innovante.

En particulier dans des zones rurales, peu peuplées ou avec des solutions de transports limitées, où l’auto-stop peut-être une solution de mobilité idéale.

Le covoiturage quotidien: l’autre façon de covoiturer

9h30 en moyenne et par semaine c’est le temps passé par les européens dans les transports. Ce chiffre paraît fou et pourtant il ne cesse d’augmenter. 

Cela est très variable d’un pays à l’autre mais globalement les temps de transport s’allongent en relation avec les phénomènes de polarisation urbaine.

Les trajets du quotidien

En réalité lorsque l’on traite de trajets quotidiens cela  concerne encore majoritairement des voyages liés à des obligations personnelles ou professionnelles même si les loisirs pèsent de plus en plus.

Peu importe que cela se fasse en voiture, en bus, en train voire même en bateau, aujourd’hui le mode et le temps de transport n’est pas encore un critère toujours déterminant pour le choix du lieu de résidence.

Il y a encore quelques années la recherche d’un logement se faisait systématiquement à proximité de son bureau. Cette vérité a changé, pour des raisons économique ou de confort les distances entre le domicile et le lieu de travail se sont vues progressivement rallongées. Cela vient d’abord de l’augmentation du nombre de ménages où les deux adultes travaillent puis de la raréfaction de l’emploi qui a été un facteur poussant les salariés et futurs salariés à faire preuve de mobilité et à élargir leur zone géographique de recherche.

Paradoxalement, le nombre de LGV a participé à l’augmentation des temps de déplacement et les lignes de proximité dans le même temps se sont raréfiées. Seuls les transports urbains des plus grosses métropoles s’améliorent mais avec des moyens insuffisants pour desservir efficacement le péri-urbain et les campagnes.

D’autre part, les offres de déplacement privées se sont multipliées: mais si elles interviennent parfois en complément, elles s’inscrivent souvent dans des logiques concurrentes du transport public.

Très prisées, elles se démarquent par des propositions souvent innovantes, économiques et répondant aux nouvelles attentes des utilisateurs. Il peut s’agir de service de location de véhicules, de chauffeur privés, des cars « Macron »,  du covoiturage… 

Ainsi,  si les trajets domicile-travail sont chaque jour plus nombreux, il est primordial d’offrir des solutions de mobilité plus perméables entre le monde privé et le monde du transport public.

La solution du covoiturage régulier

Les trajets courte-distance représentent 90% du volume de circulation automobile et on constate qu’il existe une réelle demande venant de potentiels covoitureurs réguliers.

Preuve en est: 66% des européens se disent prêts à moins utiliser leur voiture et 44% sont prêts à plus pratiquer le covoiturage et l’autopartage.

Le covoiturage au quotidien souffre d’une image d’un service contraignant et chronophage à mettre en place. Les plateformes de covoiturage en ligne (RoulezMalin.com, par exemple) balayent cette vision erronée en mettant à disposition du grand public des outils d’organisation de trajets de plus en plus pratiques et intuitifs pour les utilisateurs.

La multiplication des covoiturages réguliers peut considérablement réduire les embouteillages aux heures clés de la journée sur les principaux axes urbains.

Comment mettre en place le covoiturage quotidien ?

Depuis une dizaine d’années tout le monde  s’accorde à dire que le covoiturage est une solution d’avenir.  La question qu’il est nécessaire de se poser est: comment installer le covoiturage quotidien ? Deux pistes complémentaires sont à suivre:

  •  des plateformes de plus en plus performantes et ergonomiques, avec des services complémentaires en covoiturage et connectés avec d’autres modes de transports,
  • une réorientation  des investissements dans le but d’améliorer l’usage des infrastructures plutôt que d’en construire de nouvelles.

Cela doit passer par:

  • des incitations au changement de comportement,
  • l’intégration du covoiturage dans le remboursement des coûts de transports par les entreprises ou via le « versement transport »,
  • une perméabilité entre le transport partagé privé, le transport bénévole et le transport public.

Nous passons de plus en plus de temps dans les transports, les trajets domicile-travail se multiplient et les offres de transports suivent ces évolutions pour répondre au mieux à nos besoins.

De par ses caractéristiques économiques, pratiques, écologiques et conviviales le covoiturage quotidien, sous-exploité, représente une réelle solution d’avenir s’il s’intègre avec les autres modes de transport et s’il fait l’objet d’investissements en adéquation avec les enjeux.

📄 A lire aussi :

 Enquête Ipsos sur les habitudes de déplacement des Européens

Le site de covoiturage Roulez Malin

Les infractions routières en entreprises, comment réagir ?

Depuis le 1er janvier 2017, en application de la loi de modernisation de la justice du 21ème siècle, tous les employeurs ont l’obligation de divulguer l’identité des salariés, conducteurs de véhicules de sociétés, en cas d’infractions au Code de la route constatée par un appareil de contrôle automatique. Face à cette mesure dans quels cas faut-il agir ? Quelle est la marche à suivre ? Et un système de gestion de flotte peut-il devenir la réponse idéale à cette obligation ?

Quelles infractions ?

Il s’agit de 12 types d’infractions routières portant sur :

  • le respect de la réglementation sur le stationnement ;
  • les excès de vitesse ;
  • le respect des distances de sécurité entre les véhicules ;
  • le respect de l’usage des voies réservées à certains véhicules ;
  • le respect de la signalisation imposant l’arrêt des véhicules (feux rouges, stop) ;
  • le défaut du port de la ceinture de sécurité ;
  • l’usage du téléphone portable tenu en main ;
  • la circulation, arrêt, stationnement sur les bandes d’arrêt d’urgence ;
  • le chevauchement et franchissement des lignes continues ;
  • le respect des règles de dépassement ;
  • le respect des sas-vélos
Comment faire ?

L’employeur doit faire sa déclaration, auprès de l’autorité mentionnée sur l’avis de contravention, dans un délai de 45 jours à compter de l’envoi ou de la remise de l’avis de contravention .

Il pourra communiquer ces informations en remplissant un formulaire en ligne  ou en remplissant le formulaire joint à l’avis.
Quelles sont les sanctions en cas de défaut de déclaration ?
Lorsque le représentant légal de la personne morale est le dirigeant, personne physique, il est personnellement
responsable du paiement d’une amende de 135 €.
Lorsque le représentant légal de la personne morale est lui-même, une personne morale, cette dernière devra
s’acquitter d’une amende de 675 €.

Quelles procédures mettre en place ?

Tout d’abord, l’entreprise a tout intérêt à informer vos salariés de cette nouvelle réglementation et ce afin de prévenir les
situations contentieuses.

Ensuite, il devient impératif d’assurer une traçabilité de l’usage des véhicules. Le fichier excel ou le carnet de bord rempli à la main n’est plus suffisant car il a du mal à se prémunir d’une fausse déclaration ou d’une absence de déclaration du conducteur.

Des systèmes comme Covibook peuvent faciliter la tâche des sociétés. Covibook offre aux entreprises la possibilité de mettre en place un système de réservation simplifié, d’augmenter l’utilisation de la flotte de véhicules donc de réaliser des économies budgétaires tout en assurant une parfaite traçabilité des usages des véhicules et conducteurs associés.

C ‘est un  outil de gestion de flotte de véhicules disposant d’un interface administrateur complet.  L’employeur garde ainsi la main sur le planning , les réservations, les fiches véhicules,… Il peut ainsi connaître l’historique de tous les déplacements par véhicule, par parking, par collaborateur, par période, en km parcourus, en temps d’utilisation, en nombre de passagers, etc

Ce système évite les imbroglios juridiques, le conducteur étant clairement identifié sur la plateforme de déplacements professionnels de l’entreprise, plateforme en outre utilisable pour gérer les notes de frais.

Covibook offre ainsi un service de gestion de flotte de véhicules adaptée aux entreprises et aux salariés. Et il permet à l’employeur de remplir son obligation légale qui est de divulguer l’identité de son salarié fautif d’une infraction routière.

📄 A lire aussi :

➤  Article du Code de la Route

Plaquette de présentation de Covibook