Covoiturage : quelles raisons freinent encore les plus sceptiques ?

44% des Européens se disent prêts à utiliser plus souvent le covoiturage selon une récente enquête de l’Ipsos.

Bien que ce chiffre laisse à penser que nous sommes nombreux à vouloir partager nos trajets ensemble, quantité de voyageurs ne sont pas du tout séduits par cette offre et se tournent toujours vers le train, les transports en commun ou la voiture en solitaire.

Quels peuvent donc être les principaux freins à la pratique régulière du covoiturage ?

Une question de confiance:

Certains renoncent à l’idée d’un covoiturage par « peur », par méfiance des inconnus avec qui ils pourraient voyager. Or, les sites de covoiturage proposent aujourd’hui des profils complets avec toutes les informations importantes sur les utilisateurs et des systèmes de notations visant à rassurer les covoitureurs.

D’autres s’inquiètent de la conduite et du respect du code de la route. Et même si des chauffards peuvent se nicher partout, une étude TNS Sofres a révélé que 70% des conducteurs français estiment que le covoiturage les incite à respecter plus scrupuleusement le code de la route. Le covoiturage serait donc même bon pour la sécurité routière.

Une question d’habitude:

Partager son véhicule ou se laisser conduire par quelqu’un d’autre est impensable pour beaucoup. Si certains ne changeront pas leurs habitudes, a contrario beaucoup sont séduits dès la première expérience.

L’ambiance, la convivialité et la rencontre avec de nouvelles personnes font les joies du voyage en covoiturage et font très vite oublier les mornes trajets en solitaire.

La question de l’assurance:

Au sujet de l’assurance, beaucoup se posent des questions pour connaître la responsabilité du conducteur en cas d’accidents. Pas de problème: tout propriétaire d’un véhicule doit souscrire a minima à une assurance responsabilité civile.

Cette garantie couvre tous les dommages qui pourraient être occasionnés à des tiers lors d’un sinistre. Les passagers d’un covoiturage sont donc garantis par cette assurance obligatoire.

Pour plus d’informations sur l’assurance et le covoiturage, n’hésitez pas à lire cet article complet de la fédération française de l’Assurance.

Une question d’organisation:

Ainsi, certains estiment que trouver un covoiturage et/ou un voyage est difficile. Seulement, du fait de l’expansion du covoiturage, les trajets disponibles sont chaque année plus nombreux. Et ce pas seulement chez Blablacar, de nombreuses plateformes, avec leurs spécificités, existent dans l’ombre du leader.

Les voyages en covoiturage, en particulier les trajets réguliers, demandent une certaine organisation. Il n’est pas rare de devoir attendre un covoitureur, de partir à des heures trop atypiques ou de devoir prévoir un trajet retour avec un covoitureur différent. Afin de gérer au mieux ce genre d’éléments les sites et applications de covoiturage mettent à disposition des systèmes faciles à prendre en main et répondant au mieux aux demandes des covoitureurs.

Des plateformes comme RoulezMalin proposent, par exemple, un système de trajets réguliers Système avec un suivi pour la gestion des voyages quotidiens et/ou récurrents.

En réalité le covoiturage est un moyen de déplacement qui a connu un essor encore récent, beaucoup d’entre nous gardent des habitudes de transport avec les modes de transport “historiques”: train, voiture, bus, avion,…

La méconnaissance des avantages et des différentes offres de covoiturage entraîne la réticence de beaucoup, mais nous avons pu voir que les principaux freins à la pratique du covoiturage évoqués sont souvent écartés par les nouveaux outils de covoiturage.

Une réflexion sur “ Covoiturage : quelles raisons freinent encore les plus sceptiques ? ”

  1. En fait pour le collectif @livicote, nous pensons que c’est un manque de services Et de valeurs au delà de toutes les préférences de chacun, tout à fait légitimes et à considérer sans exclusion.
    @Livicote a lancé #Itineco le premier service de #covoiturage trajet Court.
    @livicote va émanciper sa structure en scic Et rassemblera un collectif plus large avec de vraies stations prochainement.
    À suivre @:)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.