Archives pour l'étiquette écoconduite

Ecoconduite : entre économies et écologie

Face au prix du carburant qui augmente et aux émissions polluantes, posséder une voiture revient cher et polluant. L’éconduite apparaît donc comme une solution acceptable pour économiser de l’essence et des émissions de CO2.

L’écoconduite, c’est quoi ? Entre économie et écologie, l’écoconduite représente l’ensemble des petites astuces, trucs et méthodes de conduite pour vous permettre de limiter les rejets de CO2 et d’économiser du carburant.

Ecoconduite : pendant la conduite

Changer rapidement les rapports

Pour une conduite économique, optez pour des changements de vitesse rapides afin de ne pas affoler votre compte-tours. Vous pouvez aisément rouler en 5e en ville, passés les 2000 à 2500 tours par minute. Votre consommation d’essence sera moindre.

Conduire souplement et de manière constante

Le maître mot de l’écoconduite ? L’anticipation ! Ainsi, inutile de se presser et d’opter pour des accélérations brutes, vous allez surement devoir freiner par la suite. L’idéal est donc de maintenir une vitesse aussi constante que possible, sans à-coup.

Freiner avec le frein moteur

En anticipant convenablement, vous ne devriez utiliser que le frein au pied qu’en bout de course ou de façon inopinée. Pour ralentir à l’approche d’un feu, d’un virage, anticipez et relâchez la pédale d’accélérateur. Non seulement vous ralentirez jusqu’à atteindre une vitesse permettant de rétrograder sans provoquer un surrégime, mais vous ne consommerez par de carburant.

Couper le moteur au feu rouge

Au feu rouge, ou lorsque vous savez que votre arrêt durera plus que 30 secondes, n’hésitez pas à couper votre moteur. Vous aurez amplement le temps de le redémarrer au moment voulu, mais l’allumage de votre moteur nécessitera moins de carburant qu’un moteur tournant à l’arrêt plusieurs minutes.

Rouler moins vite

Simple, et facilement applicable, ce conseil n’est pourtant que peu mis en pratique. Pourtant, il vous fera faire des économies. En plus de vous faire éviter une amende pour excès de vitesse, rouler 5 à 10 km/heure en dessous de la vitesse limite autorisée ne vous fera pas perdre beaucoup de temps tout en vous permettant de mieux gérer la conduite, plus calmement, de mieux anticiper.

Utiliser votre voiture intelligemment

Le saviez-vous ? C’est dans le premier kilomètre après démarrage qu’une voiture consomme le plus de carburant. Pensez donc à la marche à pied ou au vélo pour aller chercher votre pain, au covoiturage ou aux transports en commun pour les plus grandes distances.

Eviter la climatisation

L’utilisation de la clim’ entraîne une surconsommation moyenne de carburant de 16 à 20%. Il faut donc l’utiliser avec parcimonie, et surtout de façon raisonnable. Optez donc pour un pare-soleil pour éviter que votre voiture surchauffe plutôt que de mettre la clim’ à fond. Et en dessous de 60 km/h, préférez ouvrir les fenêtres !

Ecoconduite : avant la conduite

Ne rien mettre sur le toit

Certes, les barres de toit permettant d’accrocher une galerie sont bien pratiques lors des départs en vacances. Mais au quotidien, l’usage est limité… Pourtant, ces barres de toit qui ne vous servent à rien entraînent une surconsommation de carburant de 10 à 20% du fait de la résistance aérodynamique.

Une voiture poids plume

Plus une voiture est lourde, plus elle consomme. Il faut donc veiller à l’alléger autant que possible. Avez-vous vraiment besoin de cette caisse à outils en permanence rangée dans votre coffre ? Est-il nécessaire de faire le plein d’essence à chacun de vos passages à la pompe ? Economisez du carburant en allégeant votre voiture !

Une voiture aérodynamique

La résistance de l’air sur un véhicule peut entraîner une surconsommation de carburant de 5 à 15% en moyenne, en fonction de la résistance. Ainsi, veillez à ne pas laisser de barres de toit sur votre voiture, d’y accrocher des objets qui pourraient nuire à la glisse de l’air sur la voiture, et ne roulez pas les fenêtres ouvertes au dessus du 60 km/h.

Attention aux pneus sous et sur-gonflés

Des pneus sur et sous-gonflés peuvent influer sur votre budget. Des pneus sur-gonflés s’usent plus vite et nécessitent une distance de freinage plus grande tandis sur les pneus sous-gonflés ne sont pas efficaces et s’usent également rapidement. Optez donc pour des pneus efficaces comme le pneu Energy Saver de Michelin qui diminue la résistance au roulement et donc permet d’économiser du carburant.

Une voiture entretenue

Entretenir sa voiture, c’est primordial pour ne pas surconsommer. Une huile sale, des bougies encrassées, un filtre à air sale, demanderont à votre moteur de consommer davantage, jusqu’à 3% de carburant supplémentaire.

Démarrez… Roulez !

Aujourd’hui, il n’est pas nécessaire d’attendre qu’un moteur soit chaud avant de pouvoir rouler. L’habitude qui veut que l’on démarre son véhicule plusieurs minutes avant le départ en hiver est mauvaise et entraîne une combustion de carburant non nécessaire. Pour une utilisation optimale de votre véhicule, roulez tout de suite après avoir démarré, mais roulez doucement les premiers kilomètres, afin de permettre aux huiles de chauffer doucement.

Optimisez vos déplacements

Vous avez plusieurs trajets à effectuer dans la journée ? Penser à les optimiser afin de ne pas multiplier votre parcours pour éviter les détours inutiles. Enfin, le covoiturage peut également être une solution efficace afin de limiter les rejets de CO2 dans l’atmosphère en empruntant une voiture au lieu de deux. De plus, vos dépenses en essence seront amorties en partie.

D’après les conseils de Conso Globe.

Votre empreinte carbone avec la nouvelle Base Carbone

L’ADEME a développé une base de données unique, tentant d’harmoniser l’ensemble des données exploitables : la Base Carbone.

L’objectif est de réussir à structurer progressivement une comptabilité environnementale.

Le Grenelle de l’environnement impose à certaines organisations la réalisation de bilans gaz à effet de serre (GES) : 4000 personnes morales publiques/privées sont soumises à l’obligation, à renouveler tous les trois ans; il en va de même pour près de 300 collectivités.

Recensant plus de 1 300 facteurs d’émissions pour la France métropolitaine, la Base Carbone® permet de convertir des activités (acheter une tonne de papier ou effectuer un trajet en bus par exemple) en kilogrammes équivalent CO2. Ces facteurs d’émissions sont complétés par plus de 1 000 données sources (consommation moyenne des logements, taux de recyclage de l’acier, etc.).

Néanmoins la base doit encore être alimentée et les variables ne peuvent pas toujours être fixées sauf par approximation comme les émissions d’un parc de véhicules ou les réductions à mesurer grâce au covoiturage ou au renforcement de la pratique de l’écoconduite. Cela dit, au niveau macro, et afin de mesurer des évolutions, l’outil conserve toute sa pertinence.

Comment faire ?

Concrètement, il suffit de s’inscrire sur le site www.basecarbone.fr pour en consulter les données et échanger sur les valeurs proposées grâce au forum de discussion.