Archives pour l'étiquette mobilité durable

Atelier presse au MEDAD lancement de la semaine de la mobilité durable

Dans le cadre de la Semaine de la mobilité et de la sécurité routière, le ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer vous invite à l’Atelier-presse « Les nouvelles pratiques de la mobilité en France : à chaque déplacement, un mode de transport adapté » qui se tiendra le jeudi 9 septembre 2010 à 8h30 à l’Hôtel de Roquelaure (Paris).

Semaine de la mobilité 2010

En présence de :

  • Michèle PAPPALARDO, Commissaire générale au Développement durable
  • Michèle MERLI, Déléguée interministérielle à la Sécurité routière
  • Patrick COROLLER et Nathalie MARTINEZ de l’ADEME
  • Matthieu JACQUOT, Directeur associé de COVIVO, première start-up en France à expérimenter le covoiturage dynamique – une offre de covoiturage qui permet de synchroniser l’offre et la demande en temps réel grâce aux nouvelles technologies de géolocalisation et de téléphonie mobile – 3G et GPS.
  • Jacques CRESPY, Directeur des Investissements et de la logistique à l’Institut
  • Gustave Roussy, en charge de la mise en place et du suivi du Plan de Déplacement Entreprise permettant aux salariés et aux patients d’accéder au report modal

« Carrefour des possibles » spécial mobilité durable

Mardi 29 juin, Covivo est au technocentre Renault à Guyancourt pour un carrefour des possibles spécial mobilité organisé par Chronos et la FING. Avec une dizaine d’autres organisations et des chefs de services Renault, ils préparent le rendez-vous de septembre pour dessiner le futur de la mobilité devant la direction générale de Renault et la direction de l’innovation.

Le service de covoiturage dynamique ou CTR pour Covoiturage Temps Réel a été sélectionné parmi d’autres pour ce travail collaboratif et prospectif.

Le SCoT : outil prospectif pour une mobilité durable?

Le glissement sémantique de la notion de transport à la notion de mobilité est caractéristique de la révolution de notre rapport aux distances et au temps en un siècle. Là où la vie était rythmée par le seul travail autour duquel s’organisait toute la vie sociale y compris le logement à proximité, aujourd’hui nos activités sont désynchronisées et éclatées sur le territoire compte tenu de l’accessibilité (infrastructures du déplacement et des NTIC) et des vitesses de déplacement. Ainsi quand nous parcourions 5km/jour en moyenne il y a un siècle, nous en faisons 45 aujourd’hui. Malheureusement ces kilomètres sont fortement « carbonés » ce qui oblige à repenser le « toujours plus vite, plus loin et plus individualisé ».
« Face au temps, la vitesse procure un sentiment de libération, de fuite qui nous dispense de la question du sens et du but du voyage et nous rend souvent incapables de penser le futur » (Luc GWIAZDZINSKI dans La ville 24h/24). Pourtant l’enjeu est bien là, face à la disparition des distances, comment penser les territoires en fonction de l’usage du temps de leurs habitants et des conséquences pour la planète (35% de nos émissions de CO2 sont dues aux transports)?
Le SCOT est l’outil support de cette réflexion qui peut être structurant avec une culture de l’infrastrucure lourde qui doit être réorientée en fonction des usages: c’est à dire que les moyens (voiture, train, vélos…) importent moins que les services (autopartage, covoiturage, intermodalité, télépaiement, vélOstan…). Sans une politique de l’offre
adéquate et cohérente d’un bout à l’autre du territoire, compte tenu du nombre d’acteurs par exemple aux compétences transports, il sera impossible de répondre aux nouveaux besoins de mobilité durable sans dégrader l’attractivité du territoire. Il s’agit d’encourager un développement multipolaire en grappe pour le SCOT Sud 54: autonomie (y compris en terme de mobilité) des grains mais continuité autour des tiges supports.
En covoiturage par exemple, cela passe par la limitation du nombre de places de parking par entreprise et logement et le déploiement de point de rendez-vous matérialisés, de petits parking aux carrefours routiers, de voies réservées sur les routes aux transports collectifs et aux covoitureurs, de plateformes intermodales avec des places de parking réservées et/ou une billetique unique, d’outils et services multimedia d’information interconnectés mis à jour en temps réel, d’une modulation des péages éventuels en fonction du taux d’occupation des véhicules… qui seront autant de mesures structurantes incitatives et permises (sans toutefois être contraignantes) par les lois Grenelle.
Le covoiturage est appelé à se développer mais aucune collectivité n’a aujourd’hui de légitimité sur le SCOT sud 54 pour le structurer: peut être qu’une autorité métropolitaine de mobilité durable aux compétences élargies en termes d’organisation et de coordination des transports collectifs s’imposera et gagnera cette légitimité.

Un extrait de cet article a été publié dans la newsletter du SCot Sud 54 (Meurthe et Moselle).