Archives pour l'étiquette mobilité

Le progrès, jusqu’où ? Et les applications de mobilité ?

Les progrès scientifiques et techniques dans le numérique et les applications de mobilité ne nous dédouane pas d’une réflexion éthique associé, c’est pourquoi nous relayions avec plaisir cet article.

Quelques notes de la conférence de clôture du Parlement des Entrepreneurs d’avenir / Acteurs de l’Économie (Lyon, 25/11/14)

Laurent Alexandre – Chirurgien-urologue, éditorialiste au Monde, créateur du site doctissimo.fr et de la société de séquençage d’ADN DNA Vision

Franck Debouck – Directeur de l’École Centrale de Lyon

Thierry Magnin – Recteur de l’Université Catholique de Lyon

Les progrès technologiques font-ils progresser l’Homme ?

Se dépasser est inscrit dans le cerveau et l’ADN des humains.

Des sagesses régulent ces pulsions en les inscrivant, hors de l’immédiateté, dans une perspective favorable au collectif.

Les progrès technologiques sont de plus en plus rapides, l’accès aux technologies de moins en moins couteux, leur diffusion accélérée par la concurrence internationale entre les entreprises (Notamment les GAFAM : Google, Amazone, Facebook, Apple, Microsoft)

Exemples :

  • Google prétend qu’en 2035 des implants cérébraux permettront de se connecter plus facilement à Internet

  • le cout de séquençage de l’ADN a été divisé par 3 millions en 10 ans. Les technologies NBIC seront bientôt presque gratuites. (Nano-Bio-Information-Communication)

Il y a peu d’analyse critique sur les progrès technologiques. (Ex : le cœur artificiel peut aussi conduire au transhumanisme).

La réflexion éthique est en retard sur la vitesse d’apparition des technos, notamment NBIC.

L’éthique est le mouvement de la liberté qui cherche une vie bonne dans la sollicitude envers autrui et dans un juste usage des institutions publiques. (Paul Ricoeur)

Contre l’omnipotence des technologies : peut-être le besoin des humains de se rencontrer.

La performance technologique ne suffit pas à combler la personne.

Par exemple, la crise de recrutement de scientifiques s’ancre peut-être dans la peur de ne pas voir vers quoi conduisent les sciences dures ?

Si l’Union Européenne est en retard technologique faute d’une politique de soutien réel, elle ne sera pas propriétaire des technologies. Elle devra les importer – avec l’éthique du vendeur …

Heureusement, l’UE impose un volet « sciences sociales » dans les projets de R&D techno qu’elle finance.

Quel scénario pour notre Vieux continent ?

  • Vassalisé par l’Inde, les USA, la Chine, à cause d’un retard techno ?

  • Régulateur éthique face aux dérèglements des technologies ?

  • Territoire de progrès social ?

En 2030, les robots et l’intelligence artificielle auront radicalement changé les métiers des humains. Par exemple : tous les gestes infirmiers seront assurés par des robots. Tous les diagnostics médicaux aussi.

Dans une société dominée par ces technologies, que faisons-nous des gens lents, peu intelligents … ? Quelles formations inventer ? Quel positionnement face aux machines leur proposer ?

Ces bouleversements ont conduit Microsoft à demander un poste aux Nations Unies …

Mais que penser d’un monde gouverné par des entreprises privées ?

Si une gouvernance mondiale était créée, où se réfugier, si on n’est pas d’accord avec elle ?

Des enjeux clé à venir :

  • Éducation et discernement pour construire d’autres voies pour le progrès que le transhumanisme

  • Distinguer le vivant dans ses fonctionnalités (champ possible du transhumanisme) et le vivant dans ses croyances.

Source : Philippe GARCIN

Programme de la Semaine Européenne de la Mobilité, apprenez à bouger autrement !

La semaine européenne de la mobilité valorise le partage de l’espace public et la sécurité des usagers. Les Français sont invités à repenser leurs modes de déplacement en faveur d’une mobilité plus durable et plus sécurisée.

La semaine a lieu chaque année du 16 au 22 septembre. Elle est l’occasion de découvrir et de tester de nouveaux moyens de transports : transports en commun, covoiturage, autopartage, vélo…

A l’occasion de la Semaine européenne de la Mobilité, divers temps forts sont mis en place au niveau national, en voici le programme.

Mardi 16, journée des vélo-écoles

Journée des vélo-écoles organisée par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette et le Club des villes et territoires cyclables pour familiariser le public à la pratique du vélo en milieu urbain.

Jeudi 18, journée du covoiturage

Journée du covoiturage orchestrée par le ministère avec les principales associations pour inciter les français à utiliser ce mode transport.

Samedi 20, journée du transport public

Journée du transport public organisée par le GIE Objectif transport public, pour inciter les citadins à utiliser les transports en commun. Le thème de cette édition est « les loisirs ».

Samedi 20 et dimanche 21, journées Nationales des Voies Vertes

Journées Nationales des Voies Vertes organisées par l’Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes dont l’objectif est de promouvoir les itinéraires des Voies Vertes de France ouverts à tous les usagers non motorisés (piétons, cyclistes, rollers, personnes à mobilité réduite…).

Et l’année dernière, c’était comment déjà ? Revivez les temps forts de la 12ème Semaine Européenne de la Mobilité, en 2013 

Source : Developpement-durable.gouv.fr

Mobilité : Tata MiniCat, la voiture à air comprimé

La voiture à air comprimé de Tata Motors, le géant automobile en Inde, était attendue pour 2013 après cinq années de tests et de validation du concept. Selon des sites spécialisés en automobile, elle serait toujours attendue pour 2014. Elle est présentement nommée la Mini Cat et son moteur à air comprimé a été développé par Guy Nègre, motoriste français, de la société luxembourgeoise Motor Development International (MDI).

Un véhicule doté d’une technologie révolutionnaire

Tata-MiniCat-mobilite-voiture-air comprime-technologie-ecologieLa Mini CAT est un véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire en fibre de verre collé. Le tout est alimenté à l’air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l’éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture ; qui ne sont pas nombreux. Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche.

Selon Tata Motors, recharger l’air comprimé exige seulement deux à trois minutes à une borne de service et coûterait l’électricité utilisée par le compresseur, soit environ 100 roupies [env. 2 $]. La voiture peut alors refaire 300 kilomètres. Cette voiture peut également être remplie à la maison en environ 4 heures grâce à son compresseur de bord. Tata Motors prévoit vendre la Mini Cat à environ 8000 $ en Inde. (source : The Motor Report)

Selon MDI, certaines de leurs voitures à air comprimé peuvent atteindre 110 km/h et avoir une autonomie de 200 à 300 kilomètres (dépendant de variables comme le poids dans la voiture, la température extérieure, etc.). Des bornes commerciales ou spécialisées pourraient la recharger en moins de 3 minutes. D’autres modèles pourraient inclure un système de recharge en route. MDI souhaite commercialiser un modèle familial.

Interview de Guy Nègre : une révolution pour la mobilité durable

In-bô, les vélos en bambou made in France

Covivo, à l’occasion de son cinquième anniversaire a tenu à soutenir In-bô, un projet innovant de mobilité. Nous avons ainsi invité Aurèle Charlet, l’un des fondateurs d’In-bô, pour qu’il présente leur projet de vélos en bambou de fabrication artisanale utilisant des matériaux naturels.

covivo-soutient-in-bo

In’Bô, c’est l’histoire de cinq ingénieurs sur les bancs de l’école qui se sont retrouvés autour de deux passions : le travail du bois et les sports out door. Désireux d’allier mobilité et made in france, l’équipe d’In’Bô utilise des matières premières provenant de fournisseurs locaux, avec un choix de fabrication 100% Française.

Jeune start’up innovante, elle produit actuellement des vélos en bambou mais développe aussi d’autres produits plus innovants et ambitieux les uns que les autres, tels que des skis, des snowboards en bois, des tandems bambou ou encore des surfs en bois.

Consultez le site d’In-Bô

Le covoiturage en Wallonie : Enjeux et solutions pratiques de développement

Logos BodjiEn direct du Salon des mandataires, l’événement incontournable pour tous les acteurs de la vie locale Wallonne.

Soucieuse de répondre aux problèmes de pollution, d’émission de gaz à effet de serre, de lutte contre la congestion ou encore de l’envol des prix du pétrole, la Wallonie ne manque pas de bonnes raisons de vouloir diminuer le nombre de véhicules sur ses routes.
En d’autres termes la recherche de moyens alternatifs de transports est devenu une priorité en Belgique et la solution tient en un seul mot : covoiturage.

La pratique du covoiturage, contrairement à une idée largement répandue, n’est pas anecdotique en Belgique : pour les grandes entreprises, c’est le deuxième mode de transport utilisé après la voiture en tant que conducteur, et avant le train. Diverses études démontrent le potentiel du covoiturage : 65 % des Wallons se déclarent prêts à l’envisager comme solution de mobilité.
Pourtant, le taux de remplissage des voitures semble diminuer inexorablement. A tel point qu’aujourd’hui, pour chaque kilomètre parcouru par un citoyen belge, tous modes confondus, il y a deux kilomètres parcourus par une place vide dans une voiture.
Ces places vides sont principalement disponibles en heure de pointe, car c’est à ce moment que le taux de remplissage des voitures est au plus bas.

La région Wallonne souhaite donc inverser cette tendance et réduire considérablement le nombre de places perdues.
Pour mobiliser ce potentiel, plusieurs solutions concrètes ont été développées à l’initiative du Ministre de la Mobilité Philippe Henry, présent ce matin sur le salon afin de présenter deux solutions majeures dans le cadre d’une conférence de presse :

  • La mise en place d’un réseau de parkings de covoiturage en mobilisant des places de parkings existantes, en partenariat public-privé. Initiative que le Ministre souhaite étendre aux Communes ;
  • Le lancement de « Bodji » (bouger en Wallon), un service complet de covoiturage dynamique permettant de mutualiser les offres de mobilité. Sous la forme d’un site internet et d’une application mobile, « Bodji » verra le jour dès le mois de septembre 2014.

Ce salon des mandataires nous a donc offert de belles surprises en matière de mobilité durable que nous n’éviterons pas de suivre avec attention.