Archives pour l'étiquette RDEX

Le covoiturage, un maillon de la chaîne de mobilité

La FEDUCO, fédération du covoiturage, regroupe quasiment l’ensemble des acteurs français de la thématique. Covivo en fait d’ailleurs partie. Cette dernière s’est donnée plusieurs axes de travail dont une réflexion sur la définition légale du covoiturage, l’intégration de ce mode de déplacement dans les calculateurs multimodaux et une réflexion sur une participation de l’employeur au titre que la prime transport. A la demande de l’état, la FEDUCO a par ailleurs été missionnée pour établir la cartographie des aires de covoiturage.

FEDUCO, fédération du covoiturage

Suite au constat de l’impossibilité d’échanger des annonces entre deux territoires voisins équipés par des opérateurs différents, entravant de fait le développement de la pratique du covoiturage, la FEDUCO a travaillé sur un standard – RDEX – qui permet la mutualisation des données et une mise en relation plus large des utilisateurs, à travers un langage commun entre plusieurs opérateurs. C’est un protocole décentralisé, ouvert, mais à améliorer pour prendre en compte certains points notamment relatifs aux calculateurs multimodaux.

Plus généralement, le covoiturage doit être pensé comme un maillon de la chaîne de mobilité. Selon IPSOS, les covoitureurs utilisent plus les transports en commun que les autres, il ne s’agit pas d’opposer des modes mais de les compléter. Pour développer son usage, il faut continuer à penser multi-canal et multi-modal, intégrer un service de mobilité global et le faire vivre. Il ne faut pas se contenter de le faire connaître, l’animation est primordiale. Certaines collectivités sont plus volontaristes que d’autres à ce sujet. Le succès de leur site en dépend.

Source : Olivier Demaegdt, Directeur Général d’Ecolutis

Normaliser l’échange des données entre les tranports publics et le covoiturage

C’est l’objectif que les opérateurs de covoiturage les plus avancés se sont fixés. Un message reçu 5/5 par le CERTU et le GT7 qui travaille sur les questions de normalisations entre les systèmes d’information des différents AOT en France et pour l’Europe. Si cela se traduit au niveau de l’information voyageurs par des Systèmes d’information Multimodale de plus en plus performants et nombreux, force est de constater que ni la voiture, ni le covoiturage, ni l’autopartage, ni même parfois le vélo ne sont des modes à part entière de ce type de système.

Une lacune à combler et une première étape de franchie pour le covoiturage avec cette étude préalable des besoins de normalisation des données pour le covoiturage. Commandée par le CERU et mise en oeuvre par Aurige, Covivo et Ecoltis, elle fait suite au standard RDEX qui a été mis en place quelques mois plus tôt pour les seuls opérateurs de covoiturage.

Covoiturage: vers un standard pour tous les sites

RDEX – Le standard pour partager les annonces

4 opérateurs de covoiturage (Ecolutis, Roulez malin, Covivo, covoiturage.com) se sont réunis pour concevoir et dissertation or thesis expérimenter un protocole d’échanges de données du covoiturage. Baptisé RDEX (Ridesharing Data EXchange), ce standard a pour vocation de faciliter les échanges de données de covoiturage afin de mutualiser les centaines de services existants en France et en Europe.

Complètement ouvert, ce standard a été conçu pour permettre une interactivité sans dépendance à la mode des réseaux P2P. Il ne s’agit pas de rejoindre un groupe de partage de données, mais de construire des accords bilatéraux entre plateforme. Ainsi une entreprise régionale pourrait signer un accord exclusif avec le conseil général de son territoire, tandis que le conseil général en question pourrait souhaiter collaborer avec les départements limitrophes par ailleurs.

100% décentralisé ce protocole ne s’appuie sur aucune infrastructure commune. Il s’agit d’un modèle d’échange de données et non d’une délégation.

Entièrement sécurisé, ce protocole n’échange aucune donnée personnelle sans l’accord de l’utilisateur.

Prêt pour l’open data, ce protocole a été conçu avec la nécessité d’ouvrir les données.

Si elles le souhaitent, les collectivités pourront très facilement ouvrir leurs données covoiturage.

Roulez Malin, Ecolutis, Covoiturage.com et Covivo ont participé à la rédaction des spécifications et sont en mesure d’intégrer ce protocole.

La masse critique est un des enjeux des services de covoiturage. Tout ce qui peut permettre d’augmenter le nombre d’annonces disponibles sur un territoire est une bonne nouvelle pour le succès du covoiturage. Nous sommes 4 à nous être mis d’accord, car il fallait bien commencer.

Toutefois notre démarche est collaborative et nous serions ravis d’être rejoint par tous les acteurs volontaires, petits, grands, locaux ou internationaux, afin de faire progresser ce standard.

Olivier Demaegdt – Ecolutis

Le covoiturage étant un service public géré par des opérateurs privés, il était nécessaire que la saine concurrence n’entrave pas l’efficacité du service.

Olivier Branellec – Roulez Malin.

Ce protocole permettant la mutualisation des bases de données est une opportunité pour le développement du covoiturage. Il repositionne en outre les services des opérateurs autour de l’essentiel : la sensibilisation, le conseil et l’innovation.

Marc Grojean – Covivo

Covoiturage.com est présent dans 8 pays, s’appuyer sur le meilleur des données locales pour favoriser le covoiturage transfrontalier prend alors tout son sens.

Thomas Herlin – Covoiturage.com

Contacts:
Ecolutis – Olivier Demaegdt – olivier@ecolutis.com – 09 72 17 04 90
Roulez Malin – Olivier Branellec – olivier.branellec@roulezmalin.fr – 0825 300 340
Covivo – Marc Grojean – marc.grojean@covivo.eu –  +33 6 72 92 08 96
Covoiturage.com – Thomas Herlin – thomas.herlin@covoiturage.com – +33 662 31 25 88