Archives pour l'étiquette transport alternatif

Programme de la Semaine Européenne de la Mobilité, apprenez à bouger autrement !

La semaine européenne de la mobilité valorise le partage de l’espace public et la sécurité des usagers. Les Français sont invités à repenser leurs modes de déplacement en faveur d’une mobilité plus durable et plus sécurisée.

La semaine a lieu chaque année du 16 au 22 septembre. Elle est l’occasion de découvrir et de tester de nouveaux moyens de transports : transports en commun, covoiturage, autopartage, vélo…

A l’occasion de la Semaine européenne de la Mobilité, divers temps forts sont mis en place au niveau national, en voici le programme.

Mardi 16, journée des vélo-écoles

Journée des vélo-écoles organisée par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette et le Club des villes et territoires cyclables pour familiariser le public à la pratique du vélo en milieu urbain.

Jeudi 18, journée du covoiturage

Journée du covoiturage orchestrée par le ministère avec les principales associations pour inciter les français à utiliser ce mode transport.

Samedi 20, journée du transport public

Journée du transport public organisée par le GIE Objectif transport public, pour inciter les citadins à utiliser les transports en commun. Le thème de cette édition est « les loisirs ».

Samedi 20 et dimanche 21, journées Nationales des Voies Vertes

Journées Nationales des Voies Vertes organisées par l’Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes dont l’objectif est de promouvoir les itinéraires des Voies Vertes de France ouverts à tous les usagers non motorisés (piétons, cyclistes, rollers, personnes à mobilité réduite…).

Et l’année dernière, c’était comment déjà ? Revivez les temps forts de la 12ème Semaine Européenne de la Mobilité, en 2013 

Source : Developpement-durable.gouv.fr

Mobilité : Tata MiniCat, la voiture à air comprimé

La voiture à air comprimé de Tata Motors, le géant automobile en Inde, était attendue pour 2013 après cinq années de tests et de validation du concept. Selon des sites spécialisés en automobile, elle serait toujours attendue pour 2014. Elle est présentement nommée la Mini Cat et son moteur à air comprimé a été développé par Guy Nègre, motoriste français, de la société luxembourgeoise Motor Development International (MDI).

Un véhicule doté d’une technologie révolutionnaire

Tata-MiniCat-mobilite-voiture-air comprime-technologie-ecologieLa Mini CAT est un véhicule urbain léger, avec un châssis tubulaire en fibre de verre collé. Le tout est alimenté à l’air comprimé. Un microprocesseur est utilisé pour contrôler toutes les fonctions électriques de la voiture. Un petit émetteur radio envoie des instructions à l’éclairage, clignotants et tous les autres appareils électriques sur la voiture ; qui ne sont pas nombreux. Il n’y a pas de clé, juste une carte d’accès qui peut être lue par la voiture depuis votre poche.

Selon Tata Motors, recharger l’air comprimé exige seulement deux à trois minutes à une borne de service et coûterait l’électricité utilisée par le compresseur, soit environ 100 roupies [env. 2 $]. La voiture peut alors refaire 300 kilomètres. Cette voiture peut également être remplie à la maison en environ 4 heures grâce à son compresseur de bord. Tata Motors prévoit vendre la Mini Cat à environ 8000 $ en Inde. (source : The Motor Report)

Selon MDI, certaines de leurs voitures à air comprimé peuvent atteindre 110 km/h et avoir une autonomie de 200 à 300 kilomètres (dépendant de variables comme le poids dans la voiture, la température extérieure, etc.). Des bornes commerciales ou spécialisées pourraient la recharger en moins de 3 minutes. D’autres modèles pourraient inclure un système de recharge en route. MDI souhaite commercialiser un modèle familial.

Interview de Guy Nègre : une révolution pour la mobilité durable

Le covoiturage, un maillon de la chaîne de mobilité

La FEDUCO, fédération du covoiturage, regroupe quasiment l’ensemble des acteurs français de la thématique. Covivo en fait d’ailleurs partie. Cette dernière s’est donnée plusieurs axes de travail dont une réflexion sur la définition légale du covoiturage, l’intégration de ce mode de déplacement dans les calculateurs multimodaux et une réflexion sur une participation de l’employeur au titre que la prime transport. A la demande de l’état, la FEDUCO a par ailleurs été missionnée pour établir la cartographie des aires de covoiturage.

FEDUCO, fédération du covoiturage

Suite au constat de l’impossibilité d’échanger des annonces entre deux territoires voisins équipés par des opérateurs différents, entravant de fait le développement de la pratique du covoiturage, la FEDUCO a travaillé sur un standard – RDEX – qui permet la mutualisation des données et une mise en relation plus large des utilisateurs, à travers un langage commun entre plusieurs opérateurs. C’est un protocole décentralisé, ouvert, mais à améliorer pour prendre en compte certains points notamment relatifs aux calculateurs multimodaux.

Plus généralement, le covoiturage doit être pensé comme un maillon de la chaîne de mobilité. Selon IPSOS, les covoitureurs utilisent plus les transports en commun que les autres, il ne s’agit pas d’opposer des modes mais de les compléter. Pour développer son usage, il faut continuer à penser multi-canal et multi-modal, intégrer un service de mobilité global et le faire vivre. Il ne faut pas se contenter de le faire connaître, l’animation est primordiale. Certaines collectivités sont plus volontaristes que d’autres à ce sujet. Le succès de leur site en dépend.

Source : Olivier Demaegdt, Directeur Général d’Ecolutis

Diaporama photo : la mobilité durable en 2013

La mobilité, symbole de liberté et de loisirs, mais aussi actrice majeure d’une économie globalisée, est aujourd’hui au cœur du développement durable. Au XIXe siècle, c’est le rail et la vapeur qui ont émancipé les populations, suivis du pétrole et du moteur à explosion au XXe siècle. Aujourd’hui, le pétrole est perçu comme un problème et de nouveaux modes de déplacement, plus durables, émergent.

Le baromètre de la mobilité durable

Les évolutions constatées au cours de la décennie 2000 dans les comportements de mobilité marquent une inflexion avec les tendances passées, tant dans le nombre de déplacements que dans l’utilisation des modes.
evolution-mobilite-tous-modes
Évolution de la mobilité tous modes
(nombre moyen de déplacements quotidiens par personne)
evolution-equipement-mengaes-utilisation-voitures
Évolution de l’équipement des ménages et de l’utilisation des voitures
taux-occupation-voiture
Taux d’occupation des voitures

Une érosion de la mobilité individuelle

Cette tendance cruciale mais peu commentée, pose la question de l’influence respective du libre arbitre des individus dans l’organisation de leurs activités et du poids des déterminants socio-économiques qui s’exercent sur la mobilité.

La part modale de la voiture en recul

Dans la majorité des grandes agglomérations françaises, la part modale de la voiture est en recul, marquant ainsi pour la première fois une évolution des pratiques vers une mobilité plus durable. Et même si les ménages continuent de s’équiper en voitures, moins qu’avant toutefois, chaque voiture est utilisée un peu moins qu’auparavant.

Le taux d’occupation des véhicules qui reste redoutablement stable vient cependant nuancer cette évolution: le covoiturage, qui se développe pourtant dans certaines zones d’emplois, ne parvient pas encore à remettre en cause la toute puissance de l’autosolisme.

Progression des modes de transport alternatif

La marche, les transports collectifs et le vélo progressent le plus souvent dans les grandes agglomérations même si l’usage du vélo reste encore faible dans nos villes.

La part modale de la marche est relativement homogène et se situe autour de 30% des déplacements. La part et la progression du vélo et des transports collectifs sont plus contrastées et les évolutions sont d’autant plus notables que les politiques locales de déplacements ont été volontaristes et inscrites dans la durée. Dans certaines agglomérations, les mesures mises en oeuvre n’ont pas encore porté leurs fruits.

Dans les villes moyennes les tendances ne sont pas les mêmes, et la voiture est utilisée pour une part toujours plus importante des déplacements.

Source : Transflash Hors-série, enquêtes déplacements