Archives pour l'étiquette vélo

Programme de la Semaine Européenne de la Mobilité, apprenez à bouger autrement !

La semaine européenne de la mobilité valorise le partage de l’espace public et la sécurité des usagers. Les Français sont invités à repenser leurs modes de déplacement en faveur d’une mobilité plus durable et plus sécurisée.

La semaine a lieu chaque année du 16 au 22 septembre. Elle est l’occasion de découvrir et de tester de nouveaux moyens de transports : transports en commun, covoiturage, autopartage, vélo…

A l’occasion de la Semaine européenne de la Mobilité, divers temps forts sont mis en place au niveau national, en voici le programme.

Mardi 16, journée des vélo-écoles

Journée des vélo-écoles organisée par la Fédération française des Usagers de la Bicyclette et le Club des villes et territoires cyclables pour familiariser le public à la pratique du vélo en milieu urbain.

Jeudi 18, journée du covoiturage

Journée du covoiturage orchestrée par le ministère avec les principales associations pour inciter les français à utiliser ce mode transport.

Samedi 20, journée du transport public

Journée du transport public organisée par le GIE Objectif transport public, pour inciter les citadins à utiliser les transports en commun. Le thème de cette édition est « les loisirs ».

Samedi 20 et dimanche 21, journées Nationales des Voies Vertes

Journées Nationales des Voies Vertes organisées par l’Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes dont l’objectif est de promouvoir les itinéraires des Voies Vertes de France ouverts à tous les usagers non motorisés (piétons, cyclistes, rollers, personnes à mobilité réduite…).

Et l’année dernière, c’était comment déjà ? Revivez les temps forts de la 12ème Semaine Européenne de la Mobilité, en 2013 

Source : Developpement-durable.gouv.fr

Comment bien choisir son vélo électrique ?

L’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE) représente encore un budget conséquent. Prenez donc votre temps avant de franchir le pas. Voici quelques conseils pour bien le choisir.

fonctionnement-velo-electrique

Prenez tout d’abord en compte votre morphologie, la fréquence et la durée moyenne d’utilisation du vélo électrique, la distance moyenne à parcourir, le profil du parcours et notamment son dénivelé… Plusieurs éléments sont ensuite à prendre en compte :

La batterie

C’est son autonomie qui compte. Vous pouvez vous fier aux chiffres avancés par les fabricants, il s’agit de bons points de repères. Mais sachez qu’il y aura des variations selon, entre autres, le poids du cycliste, les arrêts aux feux et les dénivelés. N’hésitez pas à demander aux revendeurs de faire un test. La capacité de la batterie est exprimée en ampère heure, plus elle est élevée plus l’autonomie le sera aussi. Plus le voltage indiqué est élevé, plus les montées seront faciles. Préférez les batteries amovibles qui faciliteront la recharge. Il en existe en plomb, les moins chères mais aussi les plus lourdes, ou encore en lithium, la meilleure technologie à ce jour.

Le poids du vélo

Il importe peu pendant l’utilisation du vélo car l’assistance le fait vite oublier. Attention tout de même à ce que le vélo soit maniable, notamment pour vous garer et monter sur des trottoirs, et pas trop lourd pour le porter si vous avez par exemple quelques marches à gravir.

L’assistance

Il en existe deux types. Celle avec capteurs de pédalage : elle se met en route après deux ou trois coups de pédales et demande un effort au démarrage. Celle avec capteurs d’effort a l’avantage de démarrer tout de suite et d’être progressive. Elle est plus confortable si vous devez faire des arrêts fréquents, aux feux par exemple, mais elle est aussi plus chère.

Le moteur

Ce n’est pas la pièce la plus sensible du vélo. Il peut se situer à trois endroits : sur la roue arrière, sur la roue avant, ou sur le pédalier. Cette dernière option assure un meilleur équilibre, évitant le surpoids à l’avant ou à l’arrière de l’engin. Plus votre parcours comportera des dénivelés, plus le moteur devra être puissant. A noter : les freins à patins s’usent plus rapidement qu’avec un vélo classique. Les freins à disque ou à tambours sont plus fiables sous la pluie.

Le prix

Il varie généralement de 1000 à 3000 euros, selon le type d’assistance et l’autonomie de la batterie. Renseignez-vous dans votre mairie, certaines communes offrent en effet des subventions aux acquéreurs.

Source : greenweez-magazine.com

Economie et mobilité durable : le vélo créateur d’emplois

Le programme paneuropéen sur les transports, la santé et l’environnement a publié en 2014 une étude intitulée « Les emplois liés aux transports respectueux de l’environnement et de la santé ».

L’étude constate que si de nombreux travaux ont porté jusqu’à présent sur les bienfaits des transports durables sur la santé ou l’environnement, peu ont mesuré le potentiel qu’offre le secteur en matière de création d’emplois.

creation-emploi-velo

En France, des chiffres publiés en 2009 indiquent que le secteur du vélo comme mode de transport génère 33 000 emplois. Si le chiffre paraît peu élevé comparé par exemple au secteur automobile, celui de l’intensité d’emplois donne un éclairage différent: 1 million de chiffre d’affaire génère ainsi 10 emplois dans le secteur du vélo, contre 2,5 emplois dans le secteur automobile.

Ainsi, si les villes européennes investissaient pour atteindre la part modale du vélo de Copenhague (26% des déplacements partant ou arrivant dans la ville), 76 600 emplois pourraient être créés.

Bien que ces éléments nécessitent des études complémentaires, le programme THE-PEP encourage l’investissement dans les transports respectueux de l’environnement, pour son potentiel d’emplois autant que pour ses autres bienfaits déjà identifiés.

Pour en savoir plus : Étude en téléchargement gratuit sur le site de l’OMS

In-bô, les vélos en bambou made in France

Covivo, à l’occasion de son cinquième anniversaire a tenu à soutenir In-bô, un projet innovant de mobilité. Nous avons ainsi invité Aurèle Charlet, l’un des fondateurs d’In-bô, pour qu’il présente leur projet de vélos en bambou de fabrication artisanale utilisant des matériaux naturels.

covivo-soutient-in-bo

In’Bô, c’est l’histoire de cinq ingénieurs sur les bancs de l’école qui se sont retrouvés autour de deux passions : le travail du bois et les sports out door. Désireux d’allier mobilité et made in france, l’équipe d’In’Bô utilise des matières premières provenant de fournisseurs locaux, avec un choix de fabrication 100% Française.

Jeune start’up innovante, elle produit actuellement des vélos en bambou mais développe aussi d’autres produits plus innovants et ambitieux les uns que les autres, tels que des skis, des snowboards en bois, des tandems bambou ou encore des surfs en bois.

Consultez le site d’In-Bô

Le baromètre de la mobilité durable

Les évolutions constatées au cours de la décennie 2000 dans les comportements de mobilité marquent une inflexion avec les tendances passées, tant dans le nombre de déplacements que dans l’utilisation des modes.
evolution-mobilite-tous-modes
Évolution de la mobilité tous modes
(nombre moyen de déplacements quotidiens par personne)
evolution-equipement-mengaes-utilisation-voitures
Évolution de l’équipement des ménages et de l’utilisation des voitures
taux-occupation-voiture
Taux d’occupation des voitures

Une érosion de la mobilité individuelle

Cette tendance cruciale mais peu commentée, pose la question de l’influence respective du libre arbitre des individus dans l’organisation de leurs activités et du poids des déterminants socio-économiques qui s’exercent sur la mobilité.

La part modale de la voiture en recul

Dans la majorité des grandes agglomérations françaises, la part modale de la voiture est en recul, marquant ainsi pour la première fois une évolution des pratiques vers une mobilité plus durable. Et même si les ménages continuent de s’équiper en voitures, moins qu’avant toutefois, chaque voiture est utilisée un peu moins qu’auparavant.

Le taux d’occupation des véhicules qui reste redoutablement stable vient cependant nuancer cette évolution: le covoiturage, qui se développe pourtant dans certaines zones d’emplois, ne parvient pas encore à remettre en cause la toute puissance de l’autosolisme.

Progression des modes de transport alternatif

La marche, les transports collectifs et le vélo progressent le plus souvent dans les grandes agglomérations même si l’usage du vélo reste encore faible dans nos villes.

La part modale de la marche est relativement homogène et se situe autour de 30% des déplacements. La part et la progression du vélo et des transports collectifs sont plus contrastées et les évolutions sont d’autant plus notables que les politiques locales de déplacements ont été volontaristes et inscrites dans la durée. Dans certaines agglomérations, les mesures mises en oeuvre n’ont pas encore porté leurs fruits.

Dans les villes moyennes les tendances ne sont pas les mêmes, et la voiture est utilisée pour une part toujours plus importante des déplacements.

Source : Transflash Hors-série, enquêtes déplacements